Place Tian'anmen (2004) wikimédia
Dans le même numéro

Les trois crises de 1989 en Chine

Le mouvement démocratique de 1989 en Chine a fait l’objet de différentes interprétations. De ces débats historiographiques dépend, aujourd’hui encore, notre compréhension de l’évolution politique de la Chine contemporaine.

Trente années se sont écoulées depuis le mouvement de protestation qui s’est déroulé au printemps 1989 en Chine, si bien que l’événement est désormais entré dans le domaine des objets historiques. Pendant cet intervalle, il a fait l’objet de nombreux travaux historiographiques et continue à susciter les débats aussi bien en Chine (même s’ils ne peuvent avoir lieu de façon publique) qu’à l’étranger.

Preuve des dissensions, aucune appellation ne fait vraiment consensus : à ceux qui le désignent comme « mouvement démocratique », d’autres objectent que la revendication démocratique n’a finalement joué qu’un rôle mineur dans la mobilisation. Si l’on peut parler de mouvement de Tiananmen, ou de mouvement étudiant, en réalité, les mobilisations ont largement dépassé le cadre d’un seul lieu (s’étendant à toutes les grandes villes de Chine) ou d’un seul groupe social (rassemblant ouvriers, journalistes, entrepreneurs privés, et même membres du Parti). Certains le désignent comme un mouvement « populaire » au risque de diluer sa spécificité. Même la position du gouvernement chinois s’est émoussée au fil des ann&eacu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Sebastian Veg

Sebastian Veg est directeur d'études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Ses recherches portent sur l’histoire intellectuelle de la Chine moderne et contemporaine. Il a récemment publié Minjian: The Rise of China’s Grassroots Intellectuals (Columbia University Press, 2019). 

Dans le même numéro

Le dossier estival de la revue Esprit, coordonné par Camille Riquier, fait l’hypothèse que le monde capitaliste a substitué l’argent à Dieu comme nouveau maître invisible. Parce que la soif de l’or oublie le sang des pauvres, la communauté de l’argent est fondée sur un abus de confiance. Les nouvelles monnaies changent-elles la donne ? Peut-on rendre l’argent visible et ainsi s’en rendre maître ?