2 novembre 2019 | #HongKong #Protest #PoliceState : Studio Incendo Flickr
Dans le même numéro

Le statut de Hong Kong et le néo-souverainisme en Chine

décembre 2020

L’indépendance juridique de Hong Kong a été progressivement remise en cause par l’impératif de rétablir la souveraineté chinoise, ce qu’illustre dernièrement l’imposition de la Loi de sécurité nationale sur l’ensemble du territoire de la ville par l’Etat-Parti. Une atteinte de plus à l’État de droit.

Depuis plusieurs années, on note que les intellectuels chinois qui, dans les années 1990 et 2000, s’identifiaient à une « nouvelle gauche » critique des réformes de marché décidées par l’État-Parti, se sont en grande partie non seulement ralliés au capitalisme d’État, mais aussi au souverainisme et au nationalisme. Xu Jilin, professeur d’histoire intellectuelle à l’Université normale de la Chine de l’Est à Shanghai, a été l’un des premiers à identifier l’influence décisive de Carl Schmitt, dans un article d’abord publié à Taïwan en 20111. Alors que la critique du libéralisme se déplaçait du domaine économique vers le domaine politique, les néo-souverainistes de gauche développaient trois arguments principaux : la supériorité de la souveraineté politique par rapport à l’État de droit ; une critique de la « judiciarisation » rampante de la politique (tendance s’infiltrant en Chine depuis l’Occident) qui rendait nécessaire une « repolitisation » de l’État ; enfin, une critique de l’universalisme (le libéralisme n’étant à leurs yeux qu’une philosophie dominante parmi d’autres) qui les conduit à affirmer l’exceptionnalisme chinois (la Chine étant gouvernée par un régime constitutionnel sous l’égide d’un principe politique illibéral, comme l’Iran par exemple)

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Sebastian Veg

Sebastian Veg est directeur d'études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Ses recherches portent sur l’histoire intellectuelle de la Chine moderne et contemporaine. Il a récemment publié Minjian: The Rise of China’s Grassroots Intellectuals (Columbia University Press, 2019). 

Dans le même numéro

Source d’inquiétude autant que de fascination, la Chine continue de représenter une énigme. Le socialisme « aux couleurs de la Chine » conjugue en effet un capitalisme sauvage avec un pouvoir centralisé dans une synthèse politique inédite. Le dossier explore le nouveau souverainisme, le pouvoir numérique, le rapport aux minorités et la gestion de l’épidémie. À lire aussi : projet de danger perpétuel, du fanatisme à la radicalité, la dissidence discrète de Marc Fumaroli, pour une philosophie de la préhistoire et la controverse Kundera.