Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

L'entrée d'étudiants dans la section allemande de l'université de Bologne, la Natio Germanica Bononiae, miniature de 1497.
Flux d'actualités

Pour une université européenne ?

Entretien avec Jean-Marc Ferry

Dans le cadre de la recherche « Passé et avenir de la civilisation européenne » initiée en 2017 au collège des Bernardins, un groupe de travail pluridisciplinaire animé par Antoine Arjakovsky et Jean-Baptiste Arnaud a été amené à formuler, dans l'ouvrage Retrouver le goût de l'aventure européenne, « Dix propositions pour un avenir personaliste de la civilisation européenne »1. Dans cet entretien, Antoine Arjakovsky invite le philosophe Jean-Marc Ferry à réagir à la deuxième proposition, la création d'universités européennes fondées sur un enseignement transdisciplinaire.

Antoine Arjakovsky : Parmi nos dix propositions pour l'Europe figure, en deuxième place, « la création d’universités européennes fondées sur un enseignement transdisciplinaire  ». À rebours du paradigme positiviste, ces universités proposeraient une nouvelle épistémologie, centrée sur les personnes plutôt que sur la coupure entre « les mots et les choses  », selon l’expression de Michel Foucault. À l’heure où les idéologies libérales et communistes traversent une crise profonde, il apparaît notamment indispensable de refonder le droit, la science politique et économique, Pensez-vous que de nouvelles universités européennes puissent emprunter cette direction ? 

Jean-Marc Ferry : Accordons nous déjà sur le sens que vous donnez au « paradigme positiviste ». Je suppose qu’il s’agit de la préférence donnée aux sciences dures sur la littérature, l’histoire, la philosophie, et les sciences humaines en général. On a souvent considéré que l'excellence dans ces matières était la marque d’héritiers, issus de la bourgeoisie, si bien que l’on s’est fait un devoir de sélectionner l’étudiant le moins possible sur des disciplines si marquées socialement. Cette politisation du débat a manqué d'une réflexion essentielle, qui permet de relier trois questions. Premièrement, la question pédagogique : quelle pondération entre les études « positivistes » et les études «  humanistes » et par lesquelles commencer un cursu

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Antoine Arjakovsky

Co-directeur du département de recherche Politique et religion au Collège des Bernardins, historien de formation, il a notamment dirigé une Histoire de la conscience européenne (Salvator, 2017). Il est également l'auteur de Pour une démocratie personnaliste (Collège des Bernardins, 2013).

Jean-Marc Ferry

Professeur en sciences politiques et en philosophie (Université libre de Bruxelles), et titulaire de la chaire «  Philosophie de l’Europe » à l’université de Nantes, il a publié en 2013 L’Idée d’Europe(PUF).