Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Flux d'actualités

S.O.S. DADA

L’esprit Dada est-il récupérable ?

janvier 2016

#Divers

Unknown photographer Portrait of Tristan Tzara, ca 1920 Gelatin silver print, 11.4 x 18.6 cm Collection Chancellerie des Universités de Paris, Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Paris

« S.O.S. DADA – The World Is A Mess » : Cette manifestation du Salon suisse est venue rappeler lors de la dernière Biennale de Venise le pouvoir d’attraction dont semble toujours jouir DADA, une appellation emblématique et ironique surgie dans le champ de l’art pendant la Première Guerre mondiale à Zurich, territoire neutre, et le slogan d’une constellation internationale d’artistes, de groupes, de revues, d’œuvres et de recueils. Cette nébuleuse informe et contradictoire dont les différents foyers actifs, de Zurich à New York, de Paris à Berlin et Tokyo ont repensé à neuf toutes les disciplines de l’art institutionnalisé refusant les compartimentages de modèles de pensée exténués est une « protestation » comme l’a expliqué Tristan Tzara, le fondateur de Dada en 1916, qui se manifeste artistiquement[1].

Au cours de sa brève histoire, Dada a œuvré à son impossible s

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !