Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Flux d'actualités

Fin de la démocratie en Hongrie ?

juillet 2016

#Divers

La Hongrie a inauguré, dans la période récente, un mouvement parmi les pays d’Europe de l’Est. Battu en 2002 et renvoyé dans l’opposition, le libéral Viktor Orbán obtient en 2010, avec son parti le Fidesz, une majorité des deux tiers au Parlement. Il fait aussitôt adopter, en avril 2011, une nouvelle Loi fondamentale, qui entre en vigueur le 1er janvier 2012. Cette « constitution » sur mesure, dont le préambule fait explicitement référence à Dieu et la Sainte Eglise, sera modifiée trois fois en quatorze mois. Elle porte de nombreuses dispositions très conservatrices et s’accompagne d’un activisme législatif qui transforme l’organisation institutionnelle et administrative du pays, préparant un Etat fort.

La presse est placée sous la tutelle d’un « Conseil des médias » contrôlé par le gouvernement, 950 journalistes de l’audiovisuel public sont licenciés et les atteintes à la liberté de la presse privée sont nombreuses. La justice fait l’objet d’une purge, 350 magistrats jugés trop à gauche sont renvoyés et les compétences de la Cour suprême, rebaptisée « Curie » (Kúria), sont transférées au Parlement. La nouvelle loi électorale assure au parti de Viktor Orbán de conserver la majorité. Le forint est institué monnaie nationale alors qu’après l’entrée dans l’Union européenne, le pays devait adopter l’euro d’ici 2020. Le gouvernement a renforcé son influence dans la Banque centrale, hérésie tant

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !