Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Guerre en Ukraine : premières frappes russes dans Kiev.
Guerre en Ukraine : premières frappes russes dans Kiev.
Flux d'actualités

Guerre en Ukraine : contre la dilution des responsabilités

Nous n'assistons pas en Ukraine à un conflit entre deux États qui défendraient chacun un intérêt légitime, mais à une guerre d'agression brutale menée par la Russie, que rien ne permet de justifier.

Pourquoi faudrait-il, dès qu’il y a un conflit, que les responsabilités soient par principe partagées ? Énigmatique sophistication de l’intelligence qui cherche toujours des responsabilités chez les victimes, sous prétexte (dans le meilleur des cas) qu’il faut œuvrer à une compréhension élargie du problème ou que chaque camp, de toute manière, a des intérêts à défendre. La guerre en Ukraine est ainsi révélatrice d’une mentalité qui dépasse les partitions politiques et idéologiques, et qui témoigne de la persistance du « réalisme » dans le domaine des relations internationales. Celles et ceux qui, du bout des lèvres, ont fini par dénoncer la politique barbare de Poutine n’ont par ailleurs qu’un mot à la bouche : « finlandisation de l’Ukraine ». Sous prétexte de rejeter les nationalismes d’où qu’ils viennent, et de préférer par principe la paix à l’usage des armes, ils mettent sur un même plan les deux camps en présence, comme s’il n’y avait pas un agresseur, l’armée russe sous le commandement d’un despote paranoïaque, et un agressé, l’Ukraine, qui tente de faire valoir son droit à ne pas disparaître sous les bombes. À les suivre, il s’agirait d’un conflit entre deux populations se disputant une même terre et qu’il faudrait amener à la table des négociations, afin d’organiser une partition du territoire juste et équitable. On éviterait ainsi à Poutine l’humiliation de s’enliser dans une guerre qu’il croyait facile à gagner et on assurerait à l’Ukraine la sécurité à

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !