La Tour de Babel du peintre flamand Hendrik III van Cleve (1525-1589)
Flux d'actualités

La Pentecôte, journée du multilinguisme

mai 2021

La diversité linguistique ne cesse de s'éroder, dans un contexte toujours plus dominé par la culture anglophone. Pour contrecarrer cette tendance, et remettre les langues à l'honneur, pourquoi ne pas consacrer au multilinguisme une journée, fixée le jour de la Pentecôte ?

Le multilinguisme est à la fois père et fils de la diversité culturelle. Père car condition préalable, prémisse logique et incontournable de la diversité des cultures : pas de culture sans langue. Fils car élément essentiel, sinon central de toute politique culturelle soucieuse de diversité.

La France s’est faite par la langue, par le traité de Villers-Cotterêts qui, pour la première fois en 1539, impose le français comme langue de gouvernement. La France protège sa langue : de l’Académie française à la loi Toubon, d’innombrables actes de gouvernement en témoignent.

Ce qui est vrai en France n’est pas moins vrai ailleurs en Europe. Les cultures et les langues du monde sont confrontées à un défi : la domination, demain peut-être le monopole, de l’anglais. La France a pris la tête de la résistance et, à son initiative, l’UNESCO a approuvé une charte qui consacre l’exclusion – théorique sinon de fait – de la culture des règles commerciales de l’OMC. La culture, c’est-à-dire les livres, la musique, le cinéma… on entend la culture qui se vend. Au fait, et la langue ? Un pays pourrait-il être attaqué pour atteinte à la concurrence au

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !