Dans le même numéro

L’avenir de la protection sociale

mai 2012

#Divers

Depuis plusieurs années, des enquêtes enregistrent une augmentation des chiffres de renoncement aux soins dans l’ensemble de la société française, ce qui traduit un échec des stratégies actuelles de réduction des dépenses de santé. Mais quelles sont les pistes alternatives ?

En France, le système d’assurance-maladie instaure une solidarité financière entre bien portants et malades. Le pacte de 1945, qui a présidé à la mise en place de la Sécurité sociale, a pour philosophie l’adage bien connu : « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins. » Pourtant, en 2008, un peu plus de 15 % des assurés ont renoncé à des soins pour des raisons financières1.

Dans tous les pays développés, on observe que les personnes à bas revenus sont en moins bonne santé que les autres. Mais la performance de notre pays prétendument égalitaire est particulièrement médiocre sur ce point : la France est un des pays d’Europe où le niveau de santé est particulièrement lié à la classe sociale. Bien sûr, d’autres facteurs peuvent expliquer ces inégalités de santé : la pénibilité du trava

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !