Dans le même numéro

Le besoin de l'autre

juillet 2014

#Divers

L’islam souffre aujourd’hui d’une panne de l’altérité, dans le rapport entre homme et femme, entre musulmans et autres croyants... Or le texte coranique lui-même reconnaît l’importance de l’autre et la responsabilité qui en découle, comme le montre la pensée de l’auteur juif de langue arabe Ibn Paqûda.

Un des problèmes que rencontre l’islam est la question de l’autre. Toute une tradition cherche à l’escamoter, à le minorer, sinon à l’annuler, à le proscrire. Et, de nos jours, cette tradition a trouvé, avec la maladie de l’identité, un contexte favorable pour croître. C’est ce qui conduit à l’exclusivisme, au culte de soi qui abolit l’altérité. Cette situation s’avère anachronique car, dans la pensée moderne, le fondement de l’éthique passe par l’épreuve de l’autre.

La panne de l’altérité

C’est ce à quoi convie Emmanuel Levinas, qui étend à tout homme le devoir de responsabilité que chacun pratique naturellement pour ses proches. Tout humain a statut de frère, de sœur, de père, de mère, de fils, de fille. Notre subjectivité se configure par l’accueil de l’autre. Tout su

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !