Dans le même numéro

L'islam dans Tristes tropiques. Divagations et lucidité

août/sept. 2011

#Divers

Divagations et lucidité

Les pages sévères de Claude Lévi-Strauss sur l’islam expriment une méconnaissance et même un aveuglement devant les grandes réalisations culturelles des aires musulmanes. En revanche, son analyse du blocage de l’islam offre un aperçu sans concessions sur un mécanisme d’inertie historique, lu en parallèle avec la situation française.

À la fin de Tristes tropiques, Claude Lévi-Strauss écrit des pages terribles sur l’islam1. Il a rencontré l’islam en voyageant dans l’Inde bouddhiste ; il voyait rayonner dans le sous-continent veillé par le Bouddha une société constituée, selon lui, à partir du principe féminin ; et dès qu’il arrive au bord du Pakistan qui vient juste de faire scission, dans l’Inde du Nord, où les musulmans sont majoritaires, il distingue en eux le principe masculin. Et il en veut à l’islam d’avoir privilégié le masculin au détriment du féminin. Selon lui, l’Europe est devenue elle-même masculine et a créé les croisades par contamination de l’islam, pour combattre le djihad. Sinon, l’Europe aurait été féminine. Il ne pardonne pas à l’islam d’avoir obligé l’Europ

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !