Dans le même numéro

L’avenir de la liberté en Tunisie. Bourguiba, en guise d’inventaire

mai 2012

#Divers

Bourguiba, en guise d’inventaire

Une assemblée constituante redéfinit actuellement les institutions tunisiennes. Que doit-elle garder ou rejeter de l’héritage de Bourguiba en matière de laïcité, de pluralisme politique, de condition des femmes ? Plutôt qu’une rupture complète avec le bourguibisme, c’est un inventaire critique qu’il est urgent d’établir.

Ce qui arrive aujourd’hui à la Tunisie incombe à la responsabilité de Bourguiba, l’homme qui avait fondé un État « instituteur du peuple » (Rousseau), afin de lui donner le degré d’instruction nécessaire pour parvenir à la culture démocratique sans laquelle l’avènement de la démocratie ne peut qu’être dévoyé (ce qui se produit aujourd’hui). Car en démocratie, un homme, une femme égalent chacun une voix. Et pour que l’esprit de la liberté rayonne sur la communauté, encore faut-il que chaque votant soit parvenu à la conscience qu’il est citoyen, choisissant ce qu’il estime être le bien public à partager avec les autres en recourant à son seul libre arbitre. Bourguiba a omis dans son instruction de mettre en place les étapes conduisant de l’État autoritaire qui inculque la culture de la liberté à

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !