Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

  11.01.2015, Paris, Place de la République ©Nikleitz 2015
11.01.2015, Paris, Place de la République ©Nikleitz 2015
Dans le même numéro

La violence mondialisée

janvier 2016

La violence des terroristes est à la fois produite par la mondialisation et destructrice du monde. Avec elle, les frontières ne dessinent plus des territoires, mais séparent des personnes. Tout comme l’économie globale, le terrorisme déterritorialisé nous oblige à repenser le lien politique.

Les attentats du 13 novembre 2015 nous ont confrontés à une nouvelle forme de violence. Contrairement à la violence classique, celle-ci ne peut s’interpréter uniquement comme un moyen poursuivant un objectif politique. Y entrent d’autres aspects qui l’apparentent à un type de violence qualifiée par certains de moderniste1 ou d’extrême2 où la destruction semble être une fin en soi. Cette dimension n’est certes pas nouvelle pour ceux qui voient dans la violence un phénomène originaire comme René Girard3 ou Wolfgang Sofsky4, ou qui réfléchissent sur la cruauté comme Marcel Hénaff5. Mais ces lectures de la violence destructrice manquent ce qui fait peut-être la nouveauté de ce qui nous arrive, à savoir son rapport à la mondialisation. Celle-ci brouille toutes les catégories antérieures en donnant à la violence une dimension hybride – à la fois locale et globale, archaïque et postmoderne, délinquante et sacrée, individualiste et politique, psychologique et eschatologique.

Une violence hybride

Ces attentats ont certes été revendiqués par Daech mais le contexte géopolitique moyen-oriental n’explique pas tout : entre aussi dans cette violence une composante perso

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Antoine Garapon

Magistrat, juge pour enfants, il a fondé l'Institut des Hautes Etudes sur la Justice (IHEJ), où il observe les mutations de la place du droit dans nos sociétés. Il anime sur France culture une émission consacrée à la pensée juridique, « Le Bien commun ». Il a développé sous le même nom une collection d'ouvrages, aux éditions Michalon, qui permettent de présenter des auteurs qui, sans être…

Dans le même numéro

Violences sans fin

Terrorisme, dissidence urbaine, frappes de drones : nous sommes confrontés à des violences sans fin qui dissipent l’illusion d’un monde apaisé. Peut-on réinscrire ces violences dans un horizon de sens commun ? Avec les textes d'Antoine Garapon, Hamit Borzaslan, Carole Desbarats, Olivier Mongin et Michaël Fœssel. Lire aussi le débat sur la publication de Mein Kampf.