Aurélie Filippetti l | Wikimédia
Dans le même numéro

Un ministère très politique

entretien avec

Aurélie Filippetti

L’ancienne ministre de la Culture témoigne du manque de reconnaissance de son ministère, des relations difficiles avec les autres ministères, de sa nécessaire articulation avec l’éducation et des bouleversements récents de l’offre culturelle.

En 2004, au lendemain de la longue grève des intermittents et de l’annulation d’un certain nombre de festivals, nous avions interrogé pour La Fabrique de l’histoire, avec Claire Pouly, sept anciens ministres de la Culture sur leurs politiques culturelles. Du plus âgé d’entre eux, Maurice Druon, à la plus récente en poste, Catherine Tasca (2000-2002), chacune et chacun nous avait expliqué les obstacles qui s’étaient dressés devant eux pour retarder la mise en œuvre d’une démocratisation culturelle inachevée.

La plupart d’entre eux faisait remonter à 1959, date de la création du ministère des Affaires culturelles par André Malraux, l’origine des problèmes : en refusant une partie du monde culturel (bibliothèques, École nationale des chartes, Académies…), André Malraux avait créé, selon son successeur Maurice Druon, des maisons de la culture qui n’étaient plus que des « maisons de spectacle ». Mais surtout, Catherine Trautmann, ministre au moment des quarante ans de la création du ministère (1997-2000), notait qu’en renvoyant les militants de l’éducation populaire au ministère de la Jeunesse et des Sports, Malraux avait créé un « sentiment

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Aurélie Filippetti

Ancienne ministre de la Culture et de la communication (2012-2014), elle a notamment publié Les idéaux (Fayard, 2018).

Dans le même numéro

Selon ce dossier coordonné par Carole Desbarats et Emmanuel Laurentin, les institutions culturelles sont confrontées depuis quelques temps à des enjeux que l’épidémie de coronavirus a rendus plus aigus encore. Alors même que le confinement a suscité une forte demande de culture, beaucoup de ces institutions sont aujourd’hui face à un tournant. À lire aussi dans ce numéro : Trump contre l’Amérique, des élections par temps de pandémie et des jeunes sans bercail.