Dans le même numéro

Le Lambeau, de Philippe Lançon

juil./août 2018

#Divers

Gallimard, 2018, 512 p., 21€

Si Philippe Lançon, journaliste à Charlie Hebdo et à Libération et écrivain, est aujourd’hui en vie, il le doit à un livre et à la passion pour le jazz qu’il partageait avec Cabu: le 7 janvier 2015, peu avant 11h30, il s’apprête à quitter la conférence de rédaction de Charlie. Avant de sortir, il s’arrête près de Cabu pour lui montrer une photographie d’Elvin Jones, reproduite dans le livre Blue Note qu’il extrait de son sac. ­L’ouvrage à peine refermé, des bruits secs puis des cris se font entendre dans l’entrée, avant que deux hommes armés ne fassent violemment irruption dans la salle.

Dans les premiers chapitres du Lambeau, Philippe Lançon relate les bribes effroyables de l’attentat que sa mémoire n’a pas effacées, «plans fixes d’un film opaque et mystérieux». Il dit «la solitude d’être vivant» et le chagrin de la fin brutale d’un monde de rires et de légèreté, dans lesquels l’a brusquement plongé la vision de ses compagnons morts.

Il raconte les quelque dix mois qu’il a ensuite passés à l’h&oc

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !