Dans le même numéro

Parti socialiste : l'heure des choix

Électoralement, le Parti socialiste n’a plus d’allié pour espérer faire des alliances à gauche. Intellectuellement, il ne croit plus lui-même à son programme affiché. Il apparaît en décalage avec les préoccupations des Français. Trois thèmes doivent l’occuper pour commencer à entendre leur message : la demande d’autorité, le lien entre solidarité et réussite individuelle, la nécessité d’une lecture de la mondialisation.

Les élections de 2007 ont été des élections de rupture, au-delà même du déroulement de la campagne présidentielle et du profil des principaux candidats. À droite, elles ont clos l’ère chiraquienne ouverte au milieu des années 1970. À gauche, elles ont ouvert une période nouvelle de l’histoire du Parti socialiste succédant à celle qui a débuté avec le congrès d’Épinay en 1971. Cette période nouvelle correspond-elle à une transformation du modèle de ce parti ? Dans notre livre l’Ambition et le remords, nous avions fait l’hypothèse que la continuité du modèle originel du Parti socialiste était due à la permanence, sur la longue période, de son écosystème politique, dans ses éléments structurels et culturels. Il nous faut donc tenter d’abord, pour répondre à cette question, d’évaluer les m

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !