Dans le même numéro

Évaluation et politique du chiffre

La création d’un secrétariat d’État à la prospective et à l’évaluation des politiques publiques – événement mineur sauf pour les initiés – a constitué l’une des surprises du premier gouvernement Sarkozy. Le choix du titulaire – qui entame sa carrière ministérielle avec une étiquette de traître de comédie dont il aura du mal à se débarrasser – limite la portée politique de cette innovation. Interdit de Conseil des ministres, Éric Besson pourra en principe s’appuyer sur le Conseil d’analyse stratégique, à ceci près que Sophie Boissard, la directrice de cet organisme, est également membre du cabinet de François Fillon. Curieuse configuration, qui voit un ministre placé sous la tutelle politique d’un fonctionnaire censé travailler sous ses ordres !

Par-delà ces péripéties, qui font désordre et augurent mal de la cohérence de l’action gouvernementale, Nicolas Sarkozy a voulu afficher une intention dont le sens reste à décrypter. Malgré plusieurs déclarations annonciatrices, il n’était pas attendu sur ce terrain. Depuis bientôt vingt ans, le drapeau de l’évaluation des politiques publiques est en effet porté plutôt à gauche. C’est à la fin des années 1980, sous le gouvernement de Michel Rocard, qu’ont été prises pl

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Bernard Perret

Bernard Perret est haut fonctionnaire ; il a longtemps travaillé pour l'INSEE, pour ensuite se tourner vers les questions écologiques et de développement durable au sein de différentes instances (dont le Ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie). Il est l'auteur de nombreux essais sur les politiques publiques, les liens entre économie et société, le développement durable (

Dans le même numéro

La lutte contre la pandémie grippale : un levier contre l'exclusion
Don d'organe : quel consentement ?
Jusqu'où peut-on breveter le vivant ?
Vivre avec les images et la pensée de la mort.