Dans le même numéro

Solidarités à l’école autour des familles sans papiers

Le 5 juillet dernier, plusieurs centaines de familles immigrées sans papiers se réunissaient sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris puis convergeaient vers la préfecture de police en vue d’un dépôt collectif de demandes de titres de séjour. Ces familles repartiront toutes le jour même avec un récépissé de dépôt de demande les protégeant contre une éventuelle expulsion, en attendant l’examen à venir de leur dossier. Le succès de cette action collective marquait en fait le point d’orgue d’une mobilisation devenue toujours plus intense les semaines précédentes et remarquable à plusieurs titres.

Si les services de la préfecture de police de Paris acceptaient en effet ce jour-là l’examen de plus d’un millier de demandes de titres de séjour, c’est pour une bonne part sous la pression des membres des comités de soutien aux familles sans papiers venus en masse accompagner ces dernières. Or, à Paris comme dans de nombreuses villes françaises, ces comités présentent un visage largement original : bien au-delà des habituels circuits militants, ils sont en effet, pour l’essentiel, composés de parents d’élèves, de personnels des écoles, voire de voisins de quartiers, bref de « citoyens ordinaires » qui connaîtront pour beaucoup

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !