Portrait de Madeleine (1800) - Marie-Guillemine Benoist
Dans le même numéro

L’école au musée : le Modèle noir pour exemple

Le Modèle noir est une réalisation exemplaire de la transmission de l’histoire de l’art par la médiation du savoir et la liberté créatrice. Les élèves décentrent les convenances artistiques pour relativiser la prétendue essence du Noir.

L’exposition Le Modèle noir de Géricault à Matisse qui s’est tenue au printemps 2019 au musée d’Orsay a ouvert un nouvel horizon à l’histoire de l’art, un horizon politique et esthétique encore peu exploré, à tout le moins en France. Cet événement qui a montré la part commune de l’histoire de France et de l’histoire des populations noires a connu un succès public et critique ; il a aussi fait la démonstration, par et autour de l’Olympia de Manet, que la modernité picturale devait désormais être articulée à cette solidarité d’expérience esthétique. Cette nouvelle ère, où l’histoire de l’art accepte que son questionnaire s’ajourne à chaque génération sans rien céder à son ambition de faire des formes artistiques la source première de l’histoire, avait été anticipée par les équipes du musée, qui, dans les premiers temps de la conception de ­l’exposition, avaient proposé à des enseignants du secondaire de ­s’associer à ce parcours à travers l’art du xixe siècle à partir des modèles noirs qui ­l’habitent. Ce projet a donné lieu à l’exposition Le Modèle noir d’Achille à Zinèbe, pendant éducatif du Modèle noir de Géricault à Matisse, qui s’est tenue en parallèle au quatrième étage du musée.

D’Achille à Zinèbe

Un partenariat entre le ministère de l’Éducation nationale et le musée d’Orsay, et plus concrètement encore entre les inspecteurs d’arts plastiques des académies de Paris et de Créteil et le service éducatif du musée d’Orsa

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Anne Lafont

Historienne de l'art et directrice d’études à l’EHESS, elle est l'auteure de L'art et la race. L'Africain (tout) contre l'œil des Lumières (Les presses du réel, 2019) et a contribué à l'exposition Le Modèle Noir de Géricault à Matisse (musée d'Orsay, 2019). Elle s'intéresse également à l'art contemporain africain du continent et de la diaspora.…

Dans le même numéro

Le dossier, coordonné par Anne-Lorraine Bujon et Isabelle de Mecquenem, remet le sens de l’école sur le métier. Il souligne les paradoxes de « l’école de la confiance », rappelle l’universalité de l’aventure du sens, insiste sur la mutation numérique, les images et les génocides comme nouveaux objets d’apprentissage, et donne la parole aux enseignants. À lire aussi dans ce numéro : un inédit de Paul Ricœur sur la fin du théologico-politique, un article sur les restes humains en archéologie et un plaidoyer pour une histoire universaliste.