Dans le même numéro

Grand Paris : la démocratie métropolitaine est-elle encore possible ?

octobre 2008

Inutile de revoir l’organisation des territoires et de réformer les institutions, il faut envisager, véritable procédure d’exception, des mesures radicales correspondant à des projets politiques effectifs. On ne peut repousser les échéances à moins de précipiter un laisser-aller politique insupportable... pas uniquement sur le plan budgétaire.

Énoncées inopinément à l’occasion de l’inauguration d’un terminal de Roissy le 26 juin 2007, les déclarations de Nicolas Sarkozy sur le Grand Paris n’arrêtent pas de jeter le doute et le trouble parmi les acteurs de la politique urbaine dans la capitale. Depuis, le lancement tapageur d’un concours d’architectes sur l’avenir de la métropole parisienne de l’après-Kyoto et la nomination d’un secrétaire d’État chargé du développement de la région capitale, Christian Blanc, les ont amplement relayées dans l’opinion. Il en fallait moins pour bousculer les compromis patiemment élaborés par la région Île-de-France pendant trois ans de concertations pour parvenir à une copie de schéma directeur toujours sur la table du Conseil d’État pour approbation. Et chacun a repris son bâton de pèlerin pour tenter de faire face à la nouvelle donne : le conseil régional pour publier en avril dernier des Sce

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !