Dans le même numéro

Corps perdus

Les corps des réfugiés syriens décédés au Liban constituent un enjeu politique et humain pour les vivants.

Le cimetière syrien de Daraya se trouve dans le creux d’une vallée en contrebas du village libanais du même nom. Les sépultures s’étalent à l’ombre de grands chênes. Elles sont garnies de fleurs fraiches déposées dans des vases ou plantées entre les herbes folles. Le lieu a l’odeur du baume aux herbes dont on enduit les corps avant de les mettre en terre.

Abou Abdo arpente inlassablement les allées du cimetière. Il connaît l’histoire de chaque tombe ; c’est lui qui s’occupe de l’endroit. Pourtant, contrairement à ses funèbres locataires, Abou Abdo n’est pas un réfugié. Il a quitté la Syrie il y a quinze ans pour venir travailler comme plombier au Liban. Quand la guerre a éclaté chez lui en 2011, il se sentait déjà loin, bien installé dans sa nouvelle vie. La violence l’a rattrapé quand un de ses proches est mort : « Le mari de ma tante est décédé ici au Liban. C’était des réfugiés. Pendant des jours et des jours, nous avons cherché un endroit où l’enterrer. Le corps s’est mis à sentir fort, c’était une épreuve très difficile », dit-il. « C’est à ce moment là

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Chloé Domat

Journaliste basée à Beyrouth, diplômée en journalisme et relations internationales à Sciences Po, elle couvre l’actualité régionale en images, texte et son, notamment pour Arte, France 24, RFI, Ouest France, Le Soir et Global Finance.

Dans le même numéro

Comment se fait aujourd’hui le lien entre différentes classes d’âge ? Ce dossier coordonné par Marcel Hénaff montre que si, dans les sociétés traditionnelles, celles-ci se constituent dans une reconnaissance réciproque, dans les sociétés modernes, elles sont principalement marquées par le marché, qui engage une dette sans fin. Pourtant, la solidarité sociale entre générations reste possible au plan de la justice, à condition d’assumer la responsabilité d’une politique du futur. À lire aussi dans ce numéro : le conflit syrien vu du Liban, la rencontre entre Camus et Malraux et les sports du néolibéralisme.