Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

L'imaginaire du châtiment. À propos du Déménagement de Catherine Réchard

juin 2012

#Divers

À propos du Déménagement1, de Catherine Réchard

Bruits de serrures et de clefs, portes qui claquent, éclats de voix, cris intermittents. Dès le début du film de Catherine Réchard le Déménagement, nous sommes plongés dans l’acoustique stridente d’une prison. Portés par ce kaléidoscope sonore, nous entrons dans l’intimité de la vie carcérale. Peu à peu, ce vacarme devient un lointain écho. En cellule, le climat est plus calme. Des détenus assis sur leurs lits regardent des photos d’un lieu de détention plus moderne, plus froid aussi. Au fil des images, on comprend ce que le film a d’inédit : un « déménagement » est imminent. Ces hommes s’apprêtent à changer de lieu de détention. Et l’administration pénitentiaire les y prépare. Les exposés des surveillants sur le nouveau site, les photos qui circulent doivent faciliter leur adaptation. On est par instant saisi par la montée d’une angoisse diffuse chez certains de ces hommes. Celui-ci parle du bref moment de liberté qu’il a connu. Cet autre du bruit assourdissant de la détention. Cet autre encore semble rêver sa vie à haute voix. Brusquement, un détenu donne un grand coup contre une porte. Il n’a pas pu avoir ses cigarettes faute d’avoir rempli correctement un imprimé. Le chef de détention explique qu’il fera un rapport

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !