Dans le même numéro

Le sentiment d’accélération de l’histoire moderne : éléments pour une histoire

Le sentiment que nous vivons un moment où tout s’accélère est-il une illusion ou une impression condamnée à rester imprécise ? Ce thème présente-t-il une consistance historique ? On peut au moins tenter d’en faire une histoire, qui part du thème de l’approche de la fin des temps et nous entraîne jusqu’aux utopies contemporaines de la décélération.

À la mémoire de Reinhart Koselleck

« Il faudra bientôt construire des cloîtres rigoureusement isolés, où ni les ondes, ni les feuilles n’entreront ; dans lesquels l’ignorance de toute politique sera préservée et cultivée. On y méprisera la vitesse, le nombre, les effets de masse, de surprise, de contraste, de répétition, de nouveauté et de crédulité. C’est là, qu’à certains jours on ira, à travers les grilles, considérer quelques spécimens d’hommes libres1. »

L’« accélération de l’histoire » fait assurément partie de ces slogans contemporains aussi peu analysés que fréquemment invoqués. Hormis Reinhart Koselleck2 puis to

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !