Dans le même numéro

Alerte écologique et silence radical

par

Esprit

décembre 2014

#Divers

Il y a quelque chose d’insaisissable dans les nouveaux mouvements de contestation écologique qui rassemblent de jeunes militants dans les « zones à défendre » de Notre-Dame-des-Landes ou de Sivens : mélange d’esquive et de confrontation, de prise de responsabilité et de refus de la représentation, de mobilisation engagée et de rejet de la politique. Ces luttes de microrésistance, qui ne se réclament plus d’une politique alternative structurée, se multiplient pourtant en France comme à l’étranger1. Elles témoignent d’un souci du monde naturel qui donne à réfléchir. Pourquoi de jeunes militants déploient-ils autant d’énergie pour quelques hectares de zones humides ? Pourquoi un projet de barrage à l’intérêt essentiellement local devient-il une affaire nationale ?

Les pouvoirs publics n’ont pas bien mesuré la montée des tensions qui a conduit à la mort brutale et inacceptable de Rémi Fraisse, provoquée par une grenade offensive, dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014 au Testet. Une émotion légitime a accompagné la disparition de ce jeune botaniste. La froideur du discours gouvernemental a porté à son comble l’impression d’un dialogue de sourds générationnel. D

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !