Dans le même numéro

Champs de vision rétrécis

par

Esprit

Avec Marie-Antoinette, un film de Sofia Coppola, et le documentaire consacré à Zidane (sous le titre Zidane, portrait duxxie siècle), le cinéma offre l’image de deux étoiles, des stars, divinisées et hors du temps. Alors que la première se meurt lentement dans une ambiance « fin de règne » feutrée et langoureuse, les gestes du second, découpés au scalpel, font l’objet d’un montage qui empêche de suivre ses exploits plus de quelques secondes de suite. Dans les deux cas, aucune continuité, aucun récit, aucune histoire, mais la mise en images, lente ou rapide, de deux « étoiles » d’hier et d’aujourd’hui. Mais, que nous fantasmions des dieux et les empêchions de vivre dans le monde réel n’a rien d’inédit, l’originalité de la période réside dans leur démocratisation puisque l’aristocrate et le joueur de foot connaissent le même sort !

Plus essentiel est de s’interroger sur la capacité de la France à créer un récit historique et à s’inscrire dans la continuité d’un « roman national ». Après l’échec du référendum du 29 mai 2005 sur le traité constitutionnel, nombreux furent les esprits républicains convaincus que le pays allait retrouver de l’énergie et le sens d’une histoire

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !