Dans le même numéro

Poutine et Assad : la « sainte » alliance

par

Esprit

novembre 2015

#Divers

Le spectaculaire retour de la force militaire russe sur la scène moyen-orientale consacre un effort continu de Moscou pour s’imposer à nouveau comme une grande puissance internationale. Sur un nombre croissant de dossiers, Poutine profite des hésitations américaines et de l’impuissance européenne pour affirmer ses positions. Pourtant, la Russie a-t-elle vraiment les moyens de ses ambitions et maîtrisera-t-elle les difficultés stratégiques du terrain sur lequel elle s’engage ?

Avec un armement renouvelé (des missiles de croisière navals tirés sur la Syrie depuis la mer Caspienne), l’affirmation extérieure russe s’affiche sans complexe. Au moment de la crise des armes chimiques (2013), Moscou avait usé de la diplomatie pour sortir Bachar al-Assad de l’impasse. Désormais, les Russes montrent qu’ils ont la capacité de peser militairement sur le terrain, avec une armée modernisée. Surtout, alors que les Américains et les Européens sont en recherche d’un acteur présentable sur place, renvoyant dos à dos le régime et Daech, Poutine n’est pas embarrassé par cette recherche d’alliance. Son programme est direct et assumé : il s’agit de défendre son allié Assad. Une « guerre sainte », selon le patriarcat de Moscou.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !