Dans le même numéro

Les origines conflictuelles du néo-libéralisme

juillet 2012

#Divers

Repère

Les origines conflictuelles du néo-libéralisme

Dans des cercles militants comme dans des travaux plus académiques, le néo-libéralisme est à la mode, qui autorise la désignation commode et rapide de l’adversaire ou du responsable de l’état présent du monde. Du traité constitutionnel européen à l’autonomie des universités, en passant par les nouveaux cadres des politiques judiciaires, rares sont les réformes qui n’ont pas été directement rapportées à cette idée d’une offensive néo-libérale. Mais de quoi parle-t-on exactement ?

C’est à cette question que tente de répondre Serge Audier, dans un livre imposant et impressionnant d’érudition, qui revendique explicitement une rupture avec les modes d’analyse et les usages militants du procès en « néo-libéralisme ». Nul doute qu’au départ de cette réflexion, entamée avec la réédition des actes du colloque Lippmann de 1938, figure l’agacement de l’auteur quant aux formes mêmes d’écriture de l’histoire intellectuelle, qui le conduit à désigner explicitement la lecture dont il entend prendre l’exact contre-pied, à savoir celle de Michel Foucault.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !