Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

La Crucifixion, Retable d’Issenheim (Musée Unterlinden, Colmar). Photo de Jean-Pierre Dalbéra (CC BY 2.0) via Wikimédia
Dans le même numéro

La restauration du Retable d’Issenheim

octobre 2021

Le Retable d’Issenheim, chef-d’œuvre de l’art gothique, ne cesse de fasciner par les partis pris et les libertés dont fait montre sa composition. Sa restauration, commencée en 2013 et achevée en 2021, restitue dans le détail toute la force des scènes qu’il dépeint.

L’évidence fait l’unanimité : le Retable d’Issenheim est un chef-d’œuvre. Pour Joris-Karl Huysmans, c’est bien simple : « Auprès de Grünewald, tous s’écroulent. […] il vous accapare et vous subjugue ; en comparaison de ces clameurs et de ces outrances, tout le reste paraît aphone et fade1 » Mais on n’en sait pas grand-chose, pas assez en tout cas pour situer et comprendre pareille singularité dans l’histoire de la peinture.

Les qualités hors norme de style, de facture, de technique, signent le travail d’un très grand maître, certainement renommé et épaulé d’assistants talentueux (peintres, menuisiers, ébénistes). Tout chef-d’œuvre qu’il soit, le Retable d’Issenheim reste pourtant orphelin : pas de signature visible, pas de contrat de commande ni de règlement qui nous soit parvenu. L’auteur est-il bien Matthias Grünewald, selon l’hypothèse la plus plausible à ce jour ? Des partis pris iconographiques intriguent aussi : saint Jean-Baptiste (décapité avant l’arrestation du Christ) figure en prophète, au pied de la Croix ; un grand concert d’anges vole presque la vedette à la Vierge et au divin enfant ; le cochon, premier attribut de saint Antoine (le dédicataire du retable) est absent. La liste est longue des incongruités non élucidées. D’où viennent cette liberté d’invention formelle, cette fantaisie grimaçante, cette amplitude de composition ?

Dès

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Hélène Mugnier

Hélène Mugnier est historienne de l’art de formation. Elle est diplômée de l’école du Louvre, et conférencière du ministère de la Culture. Pionnière du management par l’art, elle a créé et dirigé pendant quatre ans l’agence de communication par l’art, Artissimo. Depuis 2005, elle est consultante en profession libérale avec son cabinet de conseil auprès des entreprises, HCM Art & Management.…

Dans le même numéro

La publication du rapport Duclert a réouvert le débat sur les responsabilités du gouvernement, de la diplomatie et de l’armée françaises dans le génocide des Tutsi au Rwanda. À partir d’une lecture de ce rapport, le présent dossier propose de réfléchir à ce que nous avons appris, dans les vingt-cinq ans qui nous séparent des faits, sur l’implication de la France au Rwanda. Quelles leçons peut-on tirer des événements, mais aussi de la difficulté, dans les années qui ont suivi, à s’accorder sur les faits et à faire reconnaitre la vérité historique ? Quels constats cette histoire invite-t-elle sur le partage des responsabilités entre autorités politiques et militaires, sur les difficultés inhérentes aux opérations extérieures, notamment en Afrique, et enfin sur le bilan de ces interventions, au moment où la France choisit de réduire sa présence au Sahel ? Au-delà du seul cas français, l’échec de la communauté internationale à prévenir le génocide rwandais invite en effet à repenser le cadre des interventions armées sur les théâtres de conflits et de guerres. À lire aussi dans ce numéro : l’avenir de l’Afghanistan, djihadisme et démocratie, gouverner le trottoir, à qui profite le crime ?, le retour à Rome d’Hédi Kaddour et le carnaval Belmondo.