Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Anne Teresa De Keersmaeker, un art subtil du mouvement

janvier 2011

#Divers

Anne Teresa De Keersmaeker, la célèbre chorégraphe belge, est une star – distante – de la danse contemporaine. Depuis plus de vingt-cinq ans et une quarantaine de pièces, chacune de ses créations reste un événement sur la scène internationale. Son travail qui a tenté de nombreuses échappées hors du domaine de la danse pure se radicalise aujourd’hui depuis Killing Still – part 1 (2007), Zeitung (2008), The Song (2009) où régnait essentiellement le silence rendu plus palpable encore par la présence d’une bruiteuse sur une scène dépouillée de tout décor, et 3Abschied1 (2010) qui interrogeait aussi bien l’Adieu du Chant de la terre de Gustav Mahler, que le surgissement même de la danse. C’est ce que le public parisien pourra vérifier avec En atendant, une pièce créée cet été au Festival d’Avignon sur la terre battue du Cloître des Célestins et dans la seule lumière du soleil couchant, une pièce « pauvre » qui s’attaque à la musique très complexe de l’Ars Subtilior, « plus subtil encore », cette pointe de l’Ars Nova de la seconde moitié du xive siècle2. Au printemps prochain, Anne Teresa De Keersmaeker sera également à l’affiche de l’Opéra national de Paris3 avec

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Isabelle Danto

Critique de danse pour la Revue Esprit, Isabelle Danto a été journaliste pour la presse quotidienne (Le Figaro) et a contribué à différentes revues (Danser magazine, Mouvement, La revue des deux mondes) et à plusieurs publications (préface de l’ouvrage Käfig, 20 ans de danse, CCN de Créteil et du Val de Marne / Somogy éditions, 2016). Elle intervient régulièrement dans les festivals…

Dans le même numéro

Que faire de la mémoire des guerres du XXe siècle ?

A propos de la modernisation des commémorations

Pouvoir mourir et pouvoir tuer : questions sur l'héroïsme guerrier

La vie refigurée : Les Disparus de Daniel Mendelsohn

L'horrible, l'imprescriptible et l'admirable : relecture de Paul Ricoeur