Dans le même numéro

Transes contemporaines

janvier 2013

#Divers

Débordements collectifs, déchaînements corporels et transformations, transgression des codes de la représentation et force quasi rituelle des images... Sur les scènes actuelles, le désordre s’est emparé de la danse.

De la recréation du spectacle balinais de l’Exposition universelle de 1931 à Paris, véritable révélation pour le poète Antonin Artaud qui allait jeter les bases d’un théâtre exorciste susceptible de « faire affluer nos démons1 », au Sacre du printemps qui, depuis sa création en 1913, connaît toujours de nouvelles versions qui revisitent les rondes violentes et sauvages et le rituel sacrificiel de la chorégraphie de Nijinski ; de la house music des rave parties et de la danse voguing issue des communautés gays jamaïcaines de New York, que les chorégraphes François Chaignaud et Cécilia Bengolea ont fait sortir du ghetto où elles étaient cantonnées2, à la danse agitée d’Alain Platel animée par le désir de montrer une beauté convulsive et hors norme, le retour au geste et au rythme est partout. Si cette danse à la fois brute et sophistiquée témoigne de la fascination des créateurs pour l’hystérie et le

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Isabelle Danto

Critique de danse pour la Revue Esprit, Isabelle Danto a été journaliste pour la presse quotidienne (Le Figaro) et a contribué à différentes revues (Danser magazine, Mouvement, La revue des deux mondes) et à plusieurs publications (préface de l’ouvrage Käfig, 20 ans de danse, CCN de Créteil et du Val de Marne / Somogy éditions, 2016). Elle intervient régulièrement dans les festivals…

Dans le même numéro

Habermas, Heidegger, Ricoeur, Wittgenstein: la permanence de la question religieuse dans les philosophies contemporaines

Les croyances de l'homme démocratique

La philosophie en butte à l'absolu