Mélancolie (La Frise de Reinhardt) 1906-1907 | Edvard Munch
Dans le même numéro

Rien moins que la dignité

Vivre avec Alzheimer

mars 2020

#Divers

Il m’a fallu plusieurs mois pour me décider à écrire cet article, sollicité par plusieurs amis, et je n’ai pu me résoudre à le rédiger en m’exprimant à la première personne. « Presque toi, presque moi », chante, avec justesse, Alain Souchon : il existe toujours un écart entre la réalité empirique, infinie, insondable en tant que telle, et l’univers du langage qui veut la maîtriser. Paradoxalement, je ressens davantage cette non-coïncidence quand il s’agit d’aborder un sujet « vécu » que lorsque je présente mes recherches[1]. La solution a consisté à ressusciter le double que je m’étais inventé lors de mon adolescence, quand j’étais « poète » ! J’avais appelé cet autre moi-même Mag, je ne sais trop pourquoi[2]. Mais j’en ai compris le sens, quelques années plus tard, en découvrant dans Molloy, l’admirable roman de Samuel Beckett, ces deux phrases : « Moi, je l’appelais Mag, quand je devais lui donner un nom. Et si je l’appelais Mag c’était qu’à mon idée sans que j’eusse su dire pourquoi, la lettre g abolissait la syllabe ma, et pour ainsi dire crachait dessus, mieux que tout autre lettre ne l’aurait fait[3]. » Comment mieux exprimer l’ambivalence, la part d’ombre de tout être humain ? De plus, le fait que Mag soit un prénom féminin, était, a posteriori, loin de me déplaire. Voici donc un nouvel épisode des aventures de « Mag ».

Les doutes de Mag commencèrent en 2013, lors d’un énième séjour à Florence. Manifestement, son épouse se comportait comme si elle voyait le dôme pour la première fois ou n’avait jamais visité le musée des Offices. Elle dut, elle-même, ressentir ses trous de mémoire, voulut se rassurer et, en fait, les lui rendit plus perceptibles en prétendant reconnaître les vitraux, les statues, l’orgue d’une église nouvellement découverte. Semblable attitude se généralisa par la suite : ainsi, après une balade en hélicoptère à La Réunion, offerte par un ami fort déçu de l’entendre affirmer l’avoir déjà effectuée, Mag avait dû le réconforter : « Vous l’amèneriez sur la lune, elle alléguerait que les paysages lui sont familiers. »

Une stratégie de déni, maintes fois mise en œuvre, pour ne pas admettre qu’elle aurait dû « consulter », comme il le lui demandait périodiquement. Ancienne orthophoniste, elle s’était occupée de patients atteints d’Alzheimer. Elle connaissait fort bien la décrépitude progressive liée à cette maladie, l’impuissance des médecins à la guérir, leur

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean Baubérot

Sociologue de la laïcité, il vient de publier avec Dorra Mameri Chaambi, La loi de 1905 n'aura pas lieu (Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 2019).

Dans le même numéro

Le dossier, coordonné par Bernard Perret, regrette que la prise de conscience de la crise écologique ait si peu d’effet encore sur la science et les réalités économiques. C’est tout notre cadre de pensée qu’il faudrait remettre en chantier, si l’on veut que l’économie devienne soutenable. À lire aussi dans ce numéro : survivre à Auschwitz, vivre avec Alzheimer, le Hirak algérien, le jeu dangereux entre l’Iran et les États-Unis et un entretien avec les réalisateurs de Pour Sama.