Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Nicolas Sarkozy, la laïcité et les religions

février 2008

#Divers

Émoi dans les cercles laïcs ! En trois discours à Rome, Riyad et Paris, Nicolas Sarkozy semble avoir mis à mal la conception française de la séparation de l’Église et de l’État. Qu’en est-il exactement ? Pourquoi mentionne-t-il la religion dans ses discours ? Quel rôle voit-il pour les religions dans la société française contemporaine ?

En un mois et trois discours (au Vatican, en Arabie Saoudite et à Paris), Nicolas Sarkozy semble avoir ouvert un nouveau chantier : celui des rapports entre la République et les religions. Passons sur l’opportunité ou l’opportunisme de la démarche. Devant une partie de la gauche et aussi quelques élus de droite ancrés dans une tradition laïque intransigeante, M. Sarkozy agite un chiffon rouge dont l’effet est le plus classique qui soit en France : mobiliser dans la dénonciation la gauche (et surtout, en elle, le vieil anticléricalisme dont la cible principale reste l’Église catholique), les nouveaux adversaires de la religion rassemblés surtout par les craintes autour de l’islam, le journalisme ignare qui lit les résumés de dépêches et non les discours en entier1, une frange de républicains motivés par l’idée que 1905 est une loi intangible et que rien d’important n’a changé dans la donne religieuse depuis un siècle.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Louis Schlegel

Philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, Jean-Louis Schlegel est particulièrement intéressé par les recompositions du religieux, et singulièrement de l'Eglise catholique, dans la société contemporaine. Cet intérêt concerne tous les niveaux d’intelligibilité : évolution des pratiques, de la culture, des institutions, des pouvoirs et des « puissances », du rôle et de la place du…

Dans le même numéro

Autonomie locale et recomposition de l'Etat L'éphémère retour des villes Le logement, l'urbanisme, le foncier et l'architecture Que peut-on attendre des municipales ?