Jean-Marc Ayrault en 2012 | Flickr
Dans le même numéro

Les conditions de l’inclusion

entretien avec

Jean-Marc Ayrault

novembre 2020

Le président de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage souligne le besoin de reconnaissance chez les personnes noires en France. Celle-ci passe par une meilleure connaissance de l’histoire, capable de prendre en compte les héritages de l’esclavage et de la colonisation, pour refonder un récit national inclusif.

Ancien Premier ministre, Jean-Marc Ayrault est aujourd’hui président de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage. Maire de Nantes de 1989 à 2012, il y a mené de nombreuses actions pour faire reconnaître la place de l’esclavage et de la traite dans l’histoire de la ville. À l’Assemblée nationale, avec Christiane Taubira, il a porté la loi qui a reconnu en 2001 l’esclavage comme crime contre l’humanité et qui a donné naissance, par étapes successives, au Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage puis à la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, inaugurée en novembre 2019. Nous l’avons interrogé sur le rôle de la fondation et l’inscription de son action dans un ensemble d’initiatives publiques et privées destinées à faire mieux connaître la diversité de la société française.

 

Au printemps 2020, à la suite de la mort de George Floyd aux mains de la police de Minneapolis, des manifestations de solidarité avec le mouvement Black Lives Matter se sont organisées partout dans le monde, et notamment en France. Avez-vous été surpris de l’ampleur de ces man

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Jean-Marc Ayrault

Premier ministre sous François Hollande de 2012 à 2014, puis ministre des Affaires étrangères et du Développement international de 2016 à 2017, il dirige depuis 2018 la Fondation pour la mémoire de l'esclavage.

Dans le même numéro

La récente vague de manifestations contre le racisme et les violences policières a montré qu’une partie de la jeunesse française a le sentiment d’étouffer. En choisissant de prêter attention à ce qu’elle exprime, on distingue d’abord une demande d’égalité et de justice : loin de constituer un défi aux principes républicains, celle-ci entend plutôt en actualiser l’héritage. À lire aussi dans ce numéro : l’unité européenne après la réunification allemande, le chemin du djihad, les cinq piliers de la laïcité, les pouvoirs de la Cour suprême et la rentrée littéraire.