Dans le même numéro

La CPI bientôt finie ?

janvier 2017

#Divers

« La Cpi, c’est bientôt fini, non ? » m’écrit un ami, sceptique de longue date sur la Cour pénale internationale de La Haye, en joignant à son courriel la dernière dépêche annonçant le retrait de la Gambie de la Cpi. Nous sommes le 25 octobre 2016 et le coup est d’autant plus rude qu’il fait suite à la décision, quelques jours plus tôt, de l’Afrique du Sud et du Burundi de quitter l’assemblée des États parties. Certes, cette assemblée, qui regroupe les États ayant ratifié le statut de Rome, compte toujours 121 autres membres, et le groupe des pays africains encore 31 autres représentants. Mais à moins d’un mois de l’Assemblée annuelle des États parties (16-24 novembre 2016), on spécule sur d’autres départs (le Kenya, peut-être, le Zimbabwe ou la Tanzanie) et l’atmosphère s’électrise encore un peu plus, dans les médias du moins, lorsque la Russie annonce le retrait de sa signature. La Cour peine décidément à convaincre1. Or, si certaines critiques sont pertinentes, d’autres relèvent de la mauvaise foi ou de l’ignorance. Au lieu de le favoriser, elles minent un débat ouvert depuis plusieurs années déjà2.

L’Afrique au banc des accusés

Lecture réservée aux abonnés

Prolongez l'expérience en vous procurant un abonnement, dès 7 € pour un mois de découverte (4,90 € tarif réduit) : Boutique > Abonnements ; ou si vous avez déjà un abonnement, vous pouvez vous connecter ici.

Joël Hubrecht

Chargé de mission à l'Institut des hautes études sur la justice (IHEJ). Membre du Comité Syrie-Europe après Alep. Auteur de Kosovo: 1981, 1989, 1999, 2001 : établir les faits, (Editions Esprit, 2000) ; Enseigner l'histoire et la prévention des génocides: peut-on prévenir les crimes contre l'humanité ? (La Hachette, 2009). ...

Dans le même numéro

Quand les idéologies se sont effondrées, quand l’utopie a perdu son pouvoir de contestation, quand l’histoire nous échappe, quand la catastrophe est imminente, alors revient le prophétisme. Avec une nouvelle maquette !