Dans le même numéro

Poésie de l’attention

avril 2019

Née en 1967, Judith Chavanne est poète et professeure de littérature. Son dernier recueil, À l’équilibre, est paru à l’automne 2018 aux éditions du Bois d’Orion. Son œuvre s’inscrit dans le prolongement du renouveau lyrique qu’a connu la poésie française à la fin du xxe siècle. Depuis la parution de Entre le silence et l’arbre (Gallimard, 1997), Judith Chavanne fait entendre une voix parfaitement accordée au réel, jusque dans ses moindres détails, et qui parvient à nous remettre à son écoute.

Vous enseignez la littérature depuis de nombreuses années; vous êtes l’auteure d’une thèse sur l’œuvre du poète Philippe Jaccottet[1]. Comment en êtes-vous venue à écrire de la poésie?

Comme beaucoup, je crois, j’ai senti à l’adolescence monter un désir d’écrire. Mais quoi ? J’entretenais une sorte de dialogue intérieur, que je couchais sur un cahier. Je me souviens avoir écrit, en classe de cinquième, des poèmes sur le thème de la nuit… Mais le choix conscient de la poé

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Judith Chavanne

Dans le même numéro

« Lancer l’alerte », un dossier coordonné par Anne-Lorraine Bujon, Juliette Decoster et Lucile Schmid, donne la parole à ces individus prêts à voir leur vie détruite pour révéler au public des scandales sanitaires et environnementaux, la surveillance de masse et des pratiques d’évasion fiscale. Ces démarches individuelles peuvent-elles s’inscrire dans une action collective, responsable et protégée ? Une fois l’alerte lancée, il faut en effet pouvoir la porter, dans un contexte de faillite des espaces traditionnels de la critique.