Dans le même numéro

De Montaigne et de la liberté de conscience en Irak

septembre 2017

#Divers

En avril, de retour en Irak. Avec mes fantômes. Ceux du temps de Saddam Hussein, de l’occupation américaine. Comme leurs camarades des autres conflits, ils sont imprimés en moi comme la lumière sur le négatif. Leurs tristes sourires et leur souffrance se réaniment en foulant ce sol. J’entends leurs voix et je ressens, à nouveau, leur détresse. Les silencieux redeviennent bavards.

De retour, donc. Mais cette fois, avec Montaigne1. Ou plutôt, avec Antoine Compagnon. Je lui ai proposé de venir ici pour y parler de Proust. La Recherche malgré la terreur djihadiste, la convocation de la littérature contre le projet théologico-politique des islamistes de Daech. À Proust, il a préféré Montaigne. Proust ou Montaigne, nous venons2 surtout rencontrer et soutenir les « gens de lettres » pour qui la vie intellectuelle importe malgré la guerre, le chaos et l’incertain. Avec eux, nous avons aussi prévu d’aborder le thème de la liberté de conscience. Là où les appartenances religieuses et communautaires sont fondues dans la même personne, où l’on tue et où l’on est tué au nom du clan et du Coran, le sujet est délicat.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

LARCHER Laurent

Dans le même numéro

Ce dossier politique prend acte de la rupture introduite par l’élection d’Emmanuel Macron et formule certains paris sur l’avenir de la représentation politique, l’école et l’Etat de droit. La France, selon Anne-Lorraine Bujon et Antoine Garapon, peut devenir un laboratoire démocratique par le réveil de son esprit civique dans ce moment de transition. Lire aussi les pérégrinations de Montaigne en Irak et l’exception espagnole à l’âge de la régression.