Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Pierre Teilhard de Chardin, entre Ciel et Terre

juin 2015

#Divers

Malgré la censure et les difficultés, Teilhard de Chardin n’a jamais renoncé à sa vocation de jésuite, ni à celle de scientifique. Une vie nourrie par sa foi en Dieu et dans le monde, fidèle au « devoir d’intelligence » et mieux (re)connue depuis le concile Vatican II.

Avant d’expliquer ce qui constitue à mes yeux la grandeur de Teilhard de Chardin, et la puissance d’attraction de cet esprit ardent, consumé par l’amour de son Seigneur et Dieu, je ferai un premier constat sur le déclin de son influence en France après l’immense succès des publications posthumes dans les années 1955-1970. De mes aînés jusqu’aux jeunes gens encore étudiants ou lycéens autour de moi, parmi mes amis et interlocuteurs du milieu intellectuel (je n’ai pas interrogé mes amis jésuites sur leur fréquentation de cet auteur), j’ai pu constater combien les textes de Teilhard s’étaient éloignés de nous. Quelques-uns seulement le lisent encore, personne ne marque d’hostilité ou de mépris à son égard1

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !