Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Poutine empêtré

janvier 2012

#Divers

Quand Vladimir Poutine a annoncé, le 24 septembre 2011, qu’il reprendrait le poste de président en mars 2012 pour six ans, et peut-être douze ans, les Russes ont entendu : Poutine pour toujours ! Loin de les rassurer, cette perspective d’un immobilisme à l’infini les a réveillés. Poutine avait certes assuré la stabilité et un meilleur niveau de vie pendant quelques années fastes, mais il était devenu depuis 2009 l’homme de la stagnation (zastoï) et de la corruption.

Un pouvoir de plus en plus coupé des réalités

Poutine a bouché l’horizon, concentré le pouvoir et les ressources dans les mains de quelques-uns et rejeté la société hors du monde politique. Or, il a maintenu le suffrage universel, croyant probablement que les électeurs voteraient comme des moutons. Mais les « moutons » ont montré les dents, ont largement voté protestataire, et ont dénoncé les fraudes incroyablement nombreuses et grossières. « Nous ne sommes pas du bétail » était l’un des slogans des banderoles de la grande manifestation du 10 décembre 2011 à Moscou.

Poutine et les hommes qui l’entourent ont perdu le sens des réalités et multiplié les erreurs. La principale a

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !