Dans le même numéro

La Ve République est morte, vive la Ve République !

juin 2017

#Divers

L’élection présidentielle de 2017 semble faite pour une histoire racontée du point de vue des « vaincus ». Jamais une campagne n’aura été à ce point rythmée par l’élimination systématique des favoris. À droite, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ont été écartés par leurs propres électeurs ; la voie royale promise à François Fillon s’est transformée en chemin de croix. Après un quinquennat marqué par les échecs et les abandons, il n’y avait pas de favori à gauche. Au moins la logique institutionnelle aurait-elle voulu que le président sortant ou son Premier ministre viennent défendre leur bilan. Mais les électeurs restés fidèles au Parti socialiste ont préféré un candidat frondeur qui, à son tour, s’est vu infliger une défaite sans précédent. On dit que l’échec forge les caractères politiques. En l’espèce, il a contraint ceux qui l’ont subi à imaginer une vie un peu moins cruelle.

Parmi les vaincus, il faut encore mentionner la procédure des primaires. Présentées comme une planche de salut pour le présidentialisme à la française, elles ont accéléré sa crise. Aucun des candidats sortis indemnes de cette épreuve n’a voulu y participer. En revanche, ceux qui se sont frottés à cette mécanique infernale quittent

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michaël Fœssel

Philosophe, il a présenté et commenté l'oeuvre de Paul Ricoeur (Anthologie Paul Ricoeur, avec Fabien Lamouche), a coordonné plusieurs numéros spéciaux de la revue, notamment en mars-avril 2012 "Où en sont les philosophes ?". Il est membre du Conseil de rédaction d'Esprit.  Il est notamment l'auteur de L'Équivoque du monde (CNRS Éditions, 2008), de La Privation de l'intime (Seuil, 2008),...

Dans le même numéro

Les violations des droits de l’homme restent impunies en Syrie. Le rêve illibéral d’une démocratie sans droit gagne la Turquie et les pays d’Europe centrale. Les institutions internationales sont impuissantes ou réduites à mener des actions humanitaires. Si le moment des droits de l’homme est derrière nous, il revient à l’Europe de mener une nouvelle bataille pour ces droits. Des articles aussi sur l’élection présidentielle, la ville numérique et l’Etranger de Camus.