Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Dans le même numéro

Refaire les Lumières ?

août/sept. 2009

#Divers

Devant de nombreux problèmes de l’actualité, on en appelle souvent à « revenir » aux Lumières comme si celles-ci possédaient en réserve de quoi répondre à nos incertitudes. Que peut signifier pour nous de reprendre « les promesses non tenues de la modernité » ? Comment ce débat a-t-il pris consistance dans la période récente ?

Il y a quelque chose de paradoxal dans le fait de se revendiquer de l’« héritage des Lumières ». À l’inverse de la Renaissance, les Lumières se sont historiquement constituées contre l’idée d’héritage, avec tout ce que celle-ci suggère de soumission à l’autorité du passé et de révérence à l’égard de la tradition. En privilégiant l’invention et la rupture plutôt que la continuité et la répétition, les Lumières désignent un geste irréductible à un ensemble de thèses qu’il s’agirait simplement de réaménager dans le présent. Sapere aude ! (« Aie le courage de te servir de ton propre entendement1 ! ») : l’injonction héroïque de Kant relève plus du « dire » que du « dit ». Elle définit les Lumières négativement, comme un processus d’arrachement à un passé d’hétéronomie dont les suggestions normatives doivent au moins être mises en suspens.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Michaël Fœssel

Philosophe, il a présenté et commenté l'oeuvre de Paul Ricœur (Anthologie Paul Ricœur, avec Fabien Lamouche), a coordonné plusieurs numéros spéciaux de la revue, notamment, en mars-avril 2012, « Où en sont les philosophes ? ». Il est membre du Conseil de rédaction d'Esprit. Il est notamment l'auteur de L'Équivoque du monde (CNRS Éditions, 2008), de La Privation de l'intime (Seuil, 2008), État de

Dans le même numéro

Pluralité des traditions, actualité des projets
Lectures "radicales" et "modérées"
Foi et raison : un conflit qui persiste