Dans le même numéro

L’entrée dans le capitalisme cognitif (entretien)

novembre 2008

#Divers

On ne peut comprendre la place prise par la finance et la diffusion des nouvelles technologies dans le capitalisme contemporain sans prendre en compte la mutation plus large qui place aujourd’hui le savoir au coeur de la création de valeur. Cette description est un préalable à une nouvelle critique des effets sociaux de ce nouveau régime de croissance.

Esprit – Malgré les réticences actuelles à admettre qu’une nouvelle forme de capitalisme émerge, vous montrez dans votre livre, le Capitalisme cognitif, la nouvelle grande transformation1, que nous sommes dans l’ère du troisième capitalisme que vous appelez le « capitalisme cognitif », fondé sur l’accumulation de connaissances. Pourriez-vous dégager les points de rupture qui ont fait émerger ce capitalisme ?

Yann Moulier Boutang – Le capitalisme industriel débute en 1750 et se termine en 1974-1975. Cette dernière date marque avec la première crise pétrolière, la fin de l’énergie bon marché et la dérégulation des monopoles. Fin du monopole par exemple pour la compagnie de téléphone Att, qui est cassé en deux morceaux, entamant l’

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !