Dans le même numéro

La pudeur et l'affichage. Le féminisme est-il antireligieux ?

octobre 2013

#Divers

Le féminisme est-il antireligieux ?

Les débats français autour du foulard islamique et de la burqa ont reposé sur la volonté d’attribuer un sens au voile, symbole d’oppression ou revendication d’identité. Or la dichotomie entre soumission et résistance ne rend pas compte de la polysémie des symboles religieux. Et le combat pour l’égalité peut parfois verser dans le désir d’exclusion totale du religieux, fondé sur des arguments anthropologiques plutôt que politiques.

L’autonomie et la capacité de choisir sont des objectifs essentiels de nombreux courants féministes, indépendamment des désaccords et des rapports de force qui les opposent. Aussi entretiennent-ils une relation souvent complexe avec la religion, comprise comme un obstacle à l’émancipation des femmes. En France, c’est surtout à travers les polémiques sur le « voile1 » que la question du lien entre religion et féminisme a été posée dans le débat public. Cette question se trouve toutefois réduite, dans les controverses qui se succèdent depuis la fin des années 1980, à l’opposition de deux caricatures, la pudibonderie et l’affichage. Le type de répons

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !