Dans le même numéro

Nietzsche : un inactuel qui parle encore

mars/avril 2014

La notion de volonté est au cœur de la Généalogie de la morale. Ce texte, sans doute l’œuvre la plus sombre de Nietzsche, s’intéresse aux ressorts de la volonté, de la faiblesse et de la force chez les individus. Et résonne encore dans la société contemporaine.

Mœurs et références morales ont été tellement bouleversées en plus d’un siècle qu’on peut légitimement se demander s’il est encore besoin d’user du marteau de la critique, comme le fit Nietzsche à la fin du xixe siècle, pour ébranler nos certitudes morales. Lui qui a voulu essentiellement être un affirmateur (Nur ein Jasagender sein) n’a-t-il pas été vaincu ou débordé par ses propos négatifs ? N’a-t-il donc pas été submergé par le nihilisme qu’il annonçait, non sans effroi d’ailleurs ?

Et pourtant, il se pourrait bien que cet inactuel (Unzeitgemäss) comme il se voulait aussi, nous parle encore. On ne retiendra ici que quelques éléments de sa pensée qui peuvent nous éclairer sur la situation éthique de notre temps. Et l’on partira surtout de sa Généalogie de la morale1,

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !