L'Union des écrivains algériens en 1965. De gauche à droite : Kaddour M'Hamsadji, Mourad Bourboune, Mouloud Mammeri (président), Jean Sénac (secrétaire).
Dans le même numéro

L'Algérie rêvée de Jean Sénac

Une anthologie récente parue chez Actes Sud permet de redécouvrir l’œuvre du poète franco-algérien Jean Sénac. Partout, son chant appelle une libération, qu’il s’agisse de la colère, du corps, d’un peuple ou encore de la beauté. Ainsi aura-t-il chanté avec une égale exigence l’amour et la mort, les blessures collectives et ses propres cicatrices. Plusieurs textes de celui qui fut à la fois chrétien, socialiste et anticolonialiste ont été accueillis par Esprit. L’écrivain et éditeur René de Ceccatty, qui a préfacé l’anthologie, revient avec nous sur cette œuvre singulière.

 

« Il suffit d’une fois et elle s’inscrit en vous », écrivez-vous dans la préface aux Œuvres complètes de Jean Sénac, à propos d’une œuvre « régulièrement oubliée et ressuscitée[1] ». La tentation est grande de vous retourner ces mots: de quelle manière la poésie de Jean Sénac s’est-elle inscrite en vous?

C’est au printemps 1973 que, rencontrant Serge Tamagnot pour qu’il me parle de Violette Leduc, j&rs

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

René de Ceccatty

Ecrivain, éditeur et traducteur, il vient de publier Un renoncement (Flammarion, 2013).

Dans le même numéro

Dans un dossier sur « Le soulèvement algérien », coordonné par Hamit Bozarslan et Lucile Schmid, Esprit salue un mouvement non violent de revendication démocratique qui vise à en terminer avec un régime autoritaire et corrompu. Le souci de dignité permet aux Algériens de renouer avec leur conscience historique. À lire aussi dans ce numéro : un entretien avec Karol Modzelewski, un hommage à Pierre Hassner et une philosophie de l’événement.