Dans le même numéro

Transformations et diversités du capitalisme (entretien)

novembre 2009

#Divers

Entretien avec Robert Boyer

Partie du marché immobilier américain et rapidement étendue sur tous les continents, la crise a montré l’interdépendance de l’ensemble des économies. Pourtant, elle met à jour aussi la diversité des formes de capitalisme : des pays ont adopté le même modèle que celui des États-Unis et l’ont payé cher (Grande-Bretagne, Islande, pays Baltes, Hongrie...) ; d’autres, les producteurs de matières premières, misent sur la rente (Arabie Saoudite, Russie, Venezuela...) ; d’autres ont bâti leur croissance sur l’innovation et les secteurs exportateurs (Allemagne, Danemark, Suède...) ; et les derniers, très peuplés, misent sur des économies-continents promises à un bel avenir (Chine, Inde, Brésil...).

Esprit – L’école de la régulation dont vous êtes l’un des fondateurs a toujours mis en avant la dimension historique de l’économie. Comment comprendre cette crise de 2007-2008 que vous qualifiez de grande crise ? Après avoir analysé les ressorts du capitalisme fordiste de l’après-guerre, vous vous êtes intéressé au capitalisme financier qui a pris son essor aux États-Unis à la fin des années 1970. Sommes-nous en train de vivre un

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !