Photo : Shawn Ang
Dans le même numéro

Les dimensions de la confiance

octobre 2020

La démocratie repose sur la confiance. En particulier, en contexte de crise sanitaire, sur la confiance des élites politiques dans la volonté et la capacité des citoyens de suivre les règles de la vie sociale. Le confinement trahit ainsi un manque de confiance démocratique.

La pandémie de Covid-19 a lancé un défi inédit aux démocraties du monde entier. Elle a entraîné la fermeture et la transformation des parlements et a donné aux exécutifs une primauté presque sans précédent sur les institutions représentatives. Elle a fortement limité certains droits démocratiques fondamentaux, notamment ceux de rassemblement et de protestation. Mais elle a aussi déclenché un débat politique intense, et a stimulé une myriade d’innovations numériques dans la pratique démocratique. Elle aura aussi, du moins pour un temps, ressuscité le spectre de l’autoritarisme, vu comme solution à une impuissance démocratique supposée.

C’est pendant les moments de crise que les régimes démocratiques sont le plus en danger. Devant la complexité, ce risque ne fait qu’augmenter, car le besoin de croire en la possibilité d’une réponse à la fois forte et simple rend la tentation de solutions autoritaires plus attractive, du moins pour une partie croissante de la population1. La crise sanitaire induite par la première vague épidémique de Covid-19 montre, toutefois, que les régimes autoritaires n’ont pas nécessairement cet a

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Roberto Frega

Roberto Frega est philosophe et chargé de recherche au CNRS. Ses activités de recherche se développent autour de deux axes majeurs. Elles portent, d’un coté, sur la tradition pragmatiste en philosophie, à la fois d’un point de vue historique et contemporain et, de l’autre coté, sur les transformations contemporaines de la démocratie, ainsi que sur les théories de l’espace publique.…

Dans le même numéro

La crise sanitaire provoquée par l’épidémie de Covid-19 donne de la vigueur aux critiques de la démocratie. Alors que certains déplorent l’inertie de la loi et que d’autres remettent en cause les revendications sociales, le dossier, coordonné par Michaël Fœssel, répond en défendant la coopération, la confiance et la délibération collective. À lire aussi dans ce numéro : les régimes d’historicité, le dernier respirateur, le populisme américain et l’œuvre de Patrick Modiano.