Photo : Sharosh Rajasekher
Dans le même numéro

Face aux passions identitaires, un monde commun

Alors que de plus en plus de pays font le choix du repli nationaliste et identitaire, il nous revient de fabriquer un monde commun aux Européens de toute confession, inspiré de l’espace méditerranéen.

Le Rappel à l’ordre, l’essai le plus retentissant de Daniel Lindenberg, a bien été «prémonitoire», et même visionnaire[1]. Il a su capter l’esprit d’une époque, ce moment de retournement qui advient sous nos yeux et que nous ne savons pas vraiment percevoir.

Un rapide tour d’horizon du paysage politique européen nous dit fort bien là où nous en sommes arrivés aujourd’hui. En Europe centrale, des formes de «démocrature» (ou «démocraties illibérales [2]») voient le jour. L’Autriche est dirigée depuis octobre 2017 par le «libéral» Sebastian Kurz, allié au Fpö, parti à l’ascendance ouvertement nazie. L’Allemagne elle-même, en dépit de son histoire et du travail de mémoire accompli depuis 1945, a vu l’affirmation d’un front anti-islam et anti-immigration avec le mouvement Pegida, puis la percée de l’Alternative für Deutschland (AfD) au Bundestag lor

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !

Thierry Fabre

Essayiste, rédacteur en chef de la revue La pensée de midi et concepteur des Rencontres d’Averroès à Marseille. Il est également Responsable du Pôle Euromed à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence. Il a notamment publié Le Noir et le Bleu (Librio, 1998), Les Représentations de la Méditerranée (Maisonneuve et Larose, 2000),Traversées (Actes Sud, 2001,...

Dans le même numéro

Alors que l’efficacité des aides sociales est aujourd’hui contestée, ce dossier coordonné par Anne Dujin s’interroge sur le recul de nos idéaux de justice sociale, réduite à l’égalité des chances, et esquisse des voies de refondation de la solidarité, en prêtant une attention particulière aux représentations des inégalités au cinéma et dans la littérature.