Dans le même numéro

La sociologie est un sport de plein air. Remarques sur l'avenir d'une discipline

janvier 2015

#Divers

Remarques sur l’avenir d’une discipline

Les sciences sociales, et la sociologie en particulier, ont subi de nombreuses transformations au cours des dernières décennies. La posture critique doit elle-même être réévaluée, non plus simplement pour dévoiler mais aussi pour s’étonner, se décentrer. S’ouvrir, aussi, aux sciences « dures » et interroger le déluge des données auquel sont soumis les citoyens comme les chercheurs.

La connaissance de la société par elle-même est encore possible ? Ou faut-il se borner à constater l’infini chatoiement des trajectoires individuelles, des coalitions mouvantes d’intérêts et d’affects ? La question n’est pas technique. Elle touche au cœur du projet démocratique, sauf à admettre que celui-ci se borne désormais à allonger la liste des droits des personnes et des groupes, mais reste muet sur la manière de les composer, de les organiser, de les réguler en vue du bien commun. Comment en effet imaginer une telle régulation sans connaissance partagée ? Mais quelle connaissance ? La position de la sociologie, en particulier, interroge. Le projet cognitif et politique extraordinairement ambitieux et englobant porté par ses pères fondateur

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !