Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Notes de lecture

Dans le même numéro

La peinture et le cri. De Botticelli à Francis Bacon de Jérôme Thélot

juin 2022

Jérôme Thélot affirme que « l’image provient du cri ». En effet, l’origine de l’art (comme peut-être sa fin) réside dans la douleur et la violence. En neuf chapitres et une vingtaine de tableaux, l’auteur montre ce qu’une telle vision ouvre : le souffle devient paysage là où la vie s’abrège. Entre le grave et le suraigu, la peinture élance ce qui a priori reste muet en elle. Le fameux Cri de Munch est, selon Thélot, le « sujet délibéré » de la peinture et reste le « fondement sacrificiel de toute représentation », que l’on retrouve chez Pollaiolo, Botticelli, Raphaël, Poussin, mais aussi Bacon, Picasso et Mason. La violence serait donc « maçonnée » (selon l’expression de Bonnefoy citée par l’auteur) sur une telle « figuration » vociférante.

Lecture réservée aux abonnés : L'indépendance d'Esprit, c'est grâce à vous !
L’Atelier contemporain, 2021
184 p. 25 €

Jean-Paul Gavard-Perret

Docteur en littérature,  poète, critique littéraire et critique d'art contemporain, il enseigne la communication à l’université de Savoie à Chambéry. Il est membre du Centre de Recherche Imaginaire et Création.

Dans le même numéro

La démocratie des communs

Les « communs », dans leur dimension théorique et pratique, sont devenus une notion incontournable pour concevoir des alternatives à l’exclusion propriétaire et étatique. Opposés à la privatisation de certaines ressources considérées comme collectives, ceux qui défendent leur emploi ne se positionnent pas pour autant en faveur d’un retour à la propriété publique, mais proposent de repenser la notion d’intérêt général sous l’angle de l’autogouvernement et de la coopération. Ce faisant, ils espèrent dépasser certaines apories relatives à la logique propriétaire (définie non plus comme le droit absolu d’une personne sur une chose, mais comme un faisceau de droits), et concevoir des formes de démocratisation de l’économie. Le dossier de ce numéro, coordonné par Édouard Jourdain, tâchera de montrer qu’une approche par les communs de la démocratie serait susceptible d’en renouveler à la fois la théorie et la pratique, en dépassant les clivages traditionnels du public et du privé, ou de l’État et de la société.