Notes de lecture

Dans le même numéro

Martin Luther King, prophète, de Serge Molla

juil./août 2018

#Divers

Cinquante ans après sa mort, Serge Molla, théologien protestant, décrit Martin Luther King comme un prophète, au sens biblique, des temps modernes. Pour nous en convaincre, il nous fait revivre cette nuit de janvier 1956, au cours de laquelle Martin Luther King, étrillé par la peur et le désespoir, dit avoir été «empoigné par la main de Dieu», après que ce dernier lui ait déclaré : «Lève-toi pour le droit, lève-toi pour la justice, lève-toi pour la vérité! Et je serai avec toi.» À compter de cette expérience mystique de la foi, l’engagement de Martin Luther King se muera en vocation et ses nombreux combats à Montgomery, Birmingham, Washington ou ailleurs deviendront l’expression symbolique d’un « chemin de croix ». S’identifiant à Moïse, Martin Luther King n’aura de cesse d’invoquer la Bible et les traditions du negro spiritual pour «sauver l’âme» de son pays, libérer «les noirs et les blancs» et ériger la non-violence en principe, dans la lutte contre la ségrégation. Prophète, Martin Luther King est devenu l’homme du « rêve », porteur d’une vision d’espérance «engageant le présent et l’avenir», capable de rassembler les consciences contre les injustices. Enfin, depuis son assassinat, Martin Luther King est devenu « une voix, un chemin », dont l’héritage ne cesse pas d’animer les progressistes américains, tels Barack Obama ou les militants du mouvement Black Lives Matter.

Julien Jacob

 

Labor et Fidès, 2018
320 p. 22 €

Julien Jacob

Dans le même numéro

Assistons-nous au triomphe de la xénophobie ? Les exilés ne sont plus les bienvenus dans notre monde de murs et de camps. Pourtant, certains font preuve de courage et organisent une contre-politique hospitalière. Ce dossier estival, coordonné par Fabienne Brugère et Guillaume le Blanc, invite à ouvrir le secours humanitaire sur un accueil institutionnel digne et une appartenance citoyenne réinventée.