Notes de lecture

Dans le même numéro

Comprendre le poutinisme, de Françoise Thom

mai 2018

#Divers

Cet ouvrage très documenté, rédigé par une historienne, spécialiste de la Russie postcommuniste, décrypte avec finesse la dérive «néo-totalitaire» d’un pouvoir né dans le creuset sanglant de la guerre en Tchétchénie, cultivant à l’excès le nationalisme et la «paranoïa», préférant sacrifier les libertés publiques sur l’autel d’une Grande Russie érigée en gardienne des traditions et de ­l’orthodoxie religieuse. Selon l’auteure, cette Russie post-soviétique est structurée, comme au temps des tsars, par un vaste «empire» territorial contrôlé par un pouvoir centralisateur et prévaricateur, confisquant de manière arbitraire et systématique, au détriment de l’intérêt général, les richesses de ce vaste pays, et ce au profit d’une oligarchie inféodée à un «clan» et à son dirigeant, Vladimir Poutine. In fine, Françoise Thom déchiffre les objectifs de la politique internationale russe actuelle, laquelle, sous couvert de promouvoir le «monde russe» et une «union économique eurasienne» dirigée de Moscou, a engagé un «duel» à mort contre l’Union européenne et les démocraties occidentales. Cet ouvrage sonne comme un cri d’alarme face aux ingérences et à «la volonté» de Vladimir Poutine «de répandre le chaos» à l’extérieur de ses frontières, d’une part, en soutenant les «dictatures les plus odieuses», comme en Syrie, et d’autre part, en entretenant, y compris financièrement, les mouvements politiques les plus réactionnaires en Europe et aux États-Unis.

Desclée de Brouwer, 2018
235 p. 17 €

Julien Jacob

Dans le même numéro

À l’occasion de la rétrospective consacrée à Chris Marker par la Cinémathèque française, le dossier de la revue Esprit revient sur les engagements de celui qui en fut un collaborateur régulier. Propres à une génération forgée par la guerre, ces engagements sont marqués par l’irrévérence esthétique, la lucidité politique et la responsabilité morale. À lire aussi dans ce numéro : Jean-Louis Chrétien sur la fragilité, les défis du numérique à l’école et les lectures de Marx en 1968.

 

Pour aller plus loin, découvrez une sélection de textes écrits par Chris Marker dans Esprit entre 1946 et 1951 : Chris Marker, cinéaste-chroniqueur